Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Méditation du samedi 21 mars 2020

Samedi 21 mars 2020                               

Chers amis,

Chers frères et sœurs,

Nous voilà au début de notre 5e jour de confinement. Hier, lors de l’inhumation d’une personne à Masevaux, une idée m’a traversé l’esprit : je pourrais faire le chemin jusqu’au cimetière depuis le presbytère à pied en portant ostensiblement le bénitier de façon à ce que je puisse saluer les rares Masopolitains que je croiserais en train de faire leurs courses ou que j’apercevrais derrière leurs rideaux. Cela me permettrait en même temps de me dégourdir les jambes. En entendant les mesures de confinement diffusées en boucle à la radio, l’insistance de nos responsables politiques à rester chez soi et à ne sortir qu’en cas de grandes nécessités, je me suis ravisé. « Non Frédéric, tout prêtre que tu es, tu vas te plier aux injonctions du corps médical et des autorités civiles pour ne pas te mettre inutilement en danger et surtout pour montrer l’exemple. Il n’est pas bon en effet de vouloir faire le héros, quand on il s’agit de lutter contre un ennemi invisible ».

Pour expliquer aux enfants comment le coronavirus agit, il suffit de prendre l’exemple de leurs consoles de jeux vidéo. Ceux qui y jouent, se rendent bien compte de la facilité qu’il y a à être derrière l’écran et à détruire tout ce qui sort d’un paysage, bouge dans une maison ou se met en mouvement dans une rue. Le covid-19, c’est ça. Insidieux, subtil, rapide et surprenant, il appuie sur toutes les gâchettes que nous lui mettons à dispositions pour infecter, rendre malade, paralyser, décimer, décourager, anéantir.

En recoupant les divers témoignages de soignants entendus sur les ondes radio, lus dans les journaux ou d’amis travaillant dans le milieu hospitalier, je pense qu’après la fin de cette épidémie, nous parlerons un jour du martyr blanc du personnel soignant.

Pour l’instant ici à Masevaux, le rdv de 20h est encore timide. Peu de gens se pressent aux fenêtres pour applaudir un cours instant l’héroïsme de notre personnel médical. Je sais qu’à Sewen, tout au fond de la Vallée, les instruments de la clique de Sapeurs-pompiers résonnent pour manifester leur soutien. C’est bien et il faut le faire. Cela marque un petit moment d’unité de la nation. Mais pour un chrétien, on peut et on doit aller plus loin. Si des malades sortent de l’hôpital, c’est grâce à nos soignants qui œuvrent avec dévouement pour eux. Tout récemment des amis m’ont envoyé le témoignage très poignant du pasteur Samuel Peterchmitt de retour chez lui qui disait combien il était redevable à ceux qui ont pris soin de lui. Rappelons-nous qu’avant l’épidémie, le personnel médical était déjà en surchauffe et à Mulhouse un grand nombre de médecins urgentistes avaient démissionné tant la situation en temps normal, je veux dire sans épidémie, était déjà tendue. Je voudrais aussi rappeler le très douloureux événement qui nous a tous secoué ici dans la vallée, avec le décès tragique de Yann Trommenschlager, fin 2019. Parmi les raisons qui l’ont poussé à faire ce geste, il y avait pour ce jeune infirmier urgentiste, très entreprenant, le stress lié à son travail.

Nous savons malheureusement que la durée de l’hospitalisation pour les cas les plus graves varie entre deux et trois semaines, ce qui sature le nombre de lits largement insuffisant en service de réanimation. Nous devons donc prier pour tous ceux qui quotidiennement montent, jour et nuit, au front de l’urgence sanitaire sachant pertinemment que ce seront peut-être eux qui seront aujourd’hui ou demain les prochaines victimes du coronavirus.

Ste Thérèse de Lisieux croyait beaucoup en ce que nous appelons la communion des saints. Elle priait et offrait ses petits efforts pour deux prêtres dont elle était la marraine spirituelle. Quand sa santé vint à décliner, elle disait : « je marche pour un missionnaire ».

Pour nous aujourd’hui, « marcher pour un missionnaire » passe par cette obéissance à la loi qui nous contraint à rester chez nous. Je mesure combien pour certaines familles c’est difficile de rester confiné les uns sur les autres lorsqu’on est nombreux à vivre dans un petit appartement ou une petite maison. Je mesure aussi combien pour les personnes vivant seules, le découragement peut les guetter.

C’est la raison pour laquelle, nous devons demander à l’Eprit Saint le don de force. Il ne nous donne pas les biceps ou les pectoraux de Sylvester Stallone, de Jean-Claude Van Damme ou de Betty PARISO. Par le don de force, l’Esprit Saint nous aide spirituellement à tenir dans l’adversité, à affronter les épreuves, à rester dans la paix intérieure, à aller jusqu’au bout de ce qu’on doit faire, que ce soit à la maison pour vous, petits et grands qui êtes confinés chez vous, que ce soit sur votre lieu de travail. Par le don de force, l’Esprit Saint aidera les uns à garder le sourire, ou le silence selon le moment, à dire une parole consolante, à rendre un petit service qui nous coûte, à rester fidèle à la prière, confiant en Dieu. Par le don de force, Dieu nous aide à avoir la force intérieure qui donne la facilité de s’oublier soi-même et d’être plus attentif au prochain. Il nous aide aussi à mortifier notre désir d’attirer l’attention, à servir les autres sans le faire remarquer, à vaincre l’impatience, à ne pas ressasser infiniment nos propres problèmes, à faire attention à notre imagination en repoussant les pensées inutiles. Dans le Nouveau Testament, l’apôtre Paul nous dit en Philippiens 4, 13 : « Je peux tout en Celui qui me fortifie ». La vertu de force ne supprime pas la faiblesse de la nature humaine, la crainte du danger, la peur de la douleur, la fatigue… Le fort peut connaître la peur, mais il la surmonte grâce à l’amour. Cette vertu peut parfois amener certains à donner leur vie en témoignage de la foi si le Seigneur le demande. Le martyr chrétien est la force suprême de la force d’âme. Normalement chaque chrétien devrait être disposé à donner sa vie pour le Christ si les circonstances l’exigent.   

Frères et sœurs, chers amis, St Jean Chrysostome nous rappelle que c’est par les difficultés que certaines vertus ou qualités humaines se consolident. Pour préciser sa pensée il prend l’image des arbres. Ici dans notre vallée, quand nous nous promenons sur les sommets, nous voyons bien que les arbres qui ont grandi tout en haut, n’ont pas forcément la même taille que ces grands sapins qui poussent plus bas sur les flancs de montagne. Les premiers sont souvent plus agités par le vent, exposés aux intempéries, couverts par la neige, de ce fait, « ils deviennent plus robustes que le fer » alors que les autres qui n’ont pas fait assez de racines peuvent tomber à la première tempête.

Frères et sœurs, chers amis, demandons ensemble à l’Esprit saint de nous aider, de nous fortifier dans nos faiblesses. Pour terminer je vous propose quelques extraits de la litanie du Saint-Esprit que vous pourrez trouver sur internet. Nous la prierons plus particulièrement pour les soignants.

 

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous,

Fils, Rédempteur du monde, ayez pitié de nous,

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui procédez du Père et du Fils, venez en nous.

Esprit du Seigneur, qui remplissez tout l’univers, venez en nous.

Esprit Saint de qui Jésus a été conçu dans le sein de la Vierge Marie, venez en nous.

Esprit de sagesse et d’intelligence, venez en nous.

Esprit de conseil et de force, venez en nous.

Esprit de science et de piété, venez en nous.

Esprit de crainte du Seigneur, venez en nous.

Esprit de foi, d’espérance et d’amour, venez en nous.

Esprit d’humilité et de miséricorde, venez en nous.

Esprit de justice et de sainteté, venez en nous.

Esprit de vérité, venez en nous.

Esprit Saint Consolateur, venez en nous.

Esprit Saint qui répandez la charité dans nos cœurs, venez en nous.

Esprit Saint qui nous inspirez le bien, venez en nous.

Esprit Saint qui nous inspirez la vraie prière, venez en nous.

Esprit Saint qui nous détournez du mal, venez en nous.

Esprit Saint qui nous protégez du démon, venez en nous.

Esprit Saint qui nous délivrez des tentations, venez en nous.

Esprit Saint qui nous remplissez de joie, venez en nous.

Esprit Saint qui nous rendez purs, venez en nous.

Esprit Saint qui nous rendez attentifs aux inspirations des Anges, venez en nous.

Esprit Saint qui suscitez paix et amour, venez en nous.

Esprit Saint qui êtes notre seule force, venez en nous.

Esprit Saint, don du Père et du Fils, venez en nous.

Esprit Saint que nous adorons, venez en nous.

Seigneur, envoyez-nous votre Esprit

afin qu’Il renouvelle la face de la terre !

PRIONS :

Père très bon, par Jésus vous avez promis que quiconque demanderait votre Esprit Saint avec la confiance d’un enfant, celui-là ne serait pas déçu (Lc 11, 13). Sur la foi de cette parole, nous osons déjà vous remercier pour le don sacré que vous voulez nous faire. En union avec cet Esprit Divin, nous voulons vous offrir ce monde en souffrance, l’ensemble des soignants et notre vie Fils Jésus sur la croix. Amen.

Écrire un commentaire

Optionnel